Guide du bâtiment durable en régions tropicales Tome 1

par Doc genie civil

télécharger livre bâtiment et architecture


Guide du bâtiment durable en régions tropicales 

Tome 1

Stratégies de conception des nouveaux bâtiments en régions tropicales



   Introduction

Notre monde est confronté aux limites de son modèle de développement, comme en témoignent les crises répétées auxquelles nous devons faire face, qu’elles soient d’ordre environnemental, énergétique, social ou économique. Ces crises sont exacerbées par les conséquences des changements climatiques dont l’origine anthropique ne fait aujourd’hui plus guère de doute. Nos modes de consommation et de production ainsi que nos modèles énergétiques, fortement dépendants des énergies fossiles, en sont les principales causes ; l’organisation actuelle de nos sociétés engendre des déséquilibres à tous les niveaux qui ne peuvent être soutenables sur le long terme. 
Face à ces défis multiples qui ne peuvent plus être ignorés, nous n’avons d’autre choix que de réussir une transition vers des sociétés plus respectueuses de l’homme et de son environnement. Chacun a compris que le temps n’est plus au plaidoyer mais à l’action concrète pour un changement profond et radical de nos modes de fonctionnement. L’année 2015 constitue, dans ce cadre, une année particulièrement charnière avec : 
  • l’adoption des Objectifs du Développement Durable en septembre par les Nations Unies, qui prennent la suite des Objectifs du Millénaire pour le Développement pour l’après-2015; 
  • la Conférence des Parties de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques à Paris en novembre-décembre (CdP21), devant aboutir à un nouvel accord international permettant de limiter les impacts liés aux dérèglements du climat. 
L’environnement construit (bâtiments et villes), au cœur des enjeux et des défis que rencontrent nos sociétés, est au nœud des changements souhaités. Les villes abritent aujourd’hui plus de 50 % de la population mondiale, consomment les 2/3 de l’énergie produite au plan mondial et contribuent pour autant aux émissions de gaz à effet de serre. Cette énergie est en grande partie utilisée pour les besoins de mobilité et de confort dans les bâtiments (bureaux et logements). Le secteur du bâtiment et de la construction représente à lui seul 40 % de l’énergie totale consommée et environ 35 % des émissions de gaz à effet de serre. À cela s’ajoutent également des impacts considérables sur la consommation de ressources ou encore la génération de déchets. 
Ces tendances devraient se maintenir, voire se renforcer. En effet, en 2050, 75 % de la population mondiale vivra dans les villes. 
Les choix de développement qui seront faits aujourd’hui à ce niveau, leur organisation spatiale et la façon de les mettre en œuvre détermineront les quantités et la qualité de l’énergie à fournir pour relever les énormes défis de l’accès aux services de base qui se poseront à cet horizon dans les villes, qu’elles soient petites, moyennes ou grandes. L’espace urbain rassemble en effet des systèmes intégrés, organisés selon des schémas complexes et de nature très variée selon que l’on considère les infrastructures, les équipements et les activités génératrices de biens ou de services, ou encore la satisfaction des besoins essentiels d’une population concentrée géographiquement. Il s’agit d’assurer l’accès à l’eau, à l’énergie, à un réseau de transport adapté, à des logements de qualité, à l’alimentation, à la santé, à l’éducation, à la sécurité, à un réseau d’assainissement des eaux usées et de gestion des déchets, à un environnement sain, à un nombre suffisant d’emplois sains et décents, à l’équité sociale ainsi qu’à des notions plus personnelles telles que le bien-être ou le bonheur. 
Ces systèmes sont interdépendants et cela est particulièrement visible dès lors qu’il s’agit des réseaux de transport, de gestion des eaux, de la distribution énergétique ou encore des réseaux de communication, et c’est pourquoi il est important de souligner la nécessité d’une approche holistique de la ville tant dans l’analyse des défis qu’elle rencontre que des réponses à apporter. 
Ces réponses, de nature variée, sont déterminantes quant au contenu et à la direction à donner à la transition énergétique. 
Les professionnels de l’aménagement urbain et de la gestion urbaine, de la construction et du bâtiment sont les principaux artisans des choix à opérer et des réponses à apporter pour que les villes jouent pleinement leur rôle dans cette transition. 
Avec de forts effets de blocage dans le futur si rien n’est fait aujourd’hui et, face aux nouveaux enjeux climatiques, l’urgence à agir dans le domaine du bâti est réelle. De plus, cet impératif à l’action immédiate est renforcé par une croissance exponentielle des besoins en constructions, sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Cette croissance peut s’expliquer par des facteurs démographiques, avec une population qui dépassera les 9 milliards d’individus d’ici à 2050, mais également par un processus d’urbanisation massif, particulièrement dans les zones tropicales d’Afrique et d’Asie. Selon ONU Habitat les villes africaines accueilleront, en moyenne, 40 000 personnes supplémentaires par jour d’ici à 2025. Ces chiffres permettront à chacun d’imaginer l’ampleur des défis au regard d’une situation qu’aucune société n’a expérimentée en un si court laps de temps. 
Les conséquences de ce processus se font d’ores et déjà ressentir dans un grand nombre de pays : multiplication des logements informels insalubres, manque d’accès aux services de base et à l’énergie, gaspillages liés à des conceptions inadaptées des bâtiments, etc., auxquelles viennent s’ajouter des problèmes sécuritaires et d’intégration sociale. Dans certaines parties d’Afrique subsaharienne, le parc de bâtiments pourrait être multiplié par 4 voire 5 d’ici à 2050, alors que cette région, la moins électrifiée au monde, fait déjà face à de sérieux problèmes d’approvisionnement en services et en matières premières. 
Si la situation est critique, il convient cependant de ne pas céder à la fatalité. Des solutions existent et les opportunités ayant déjà fait leurs preuves dans l’environnement construit sont considérables. Le GIEC estimait ainsi qu’au niveau mondial, des réductions de 25 à 30 % de la demande énergétique pourraient être atteintes à coûts réduits voire négatifs, et que les économies totales pourraient aller jusqu’à 90% pour les nouveaux bâtiments. Une intégration des énergies renouvelables dans la conception, couplée à une architecture adaptée et efficace sur le plan énergétique, pourrait ainsi permettre d’atténuer une partie des contraintes auxquelles nous sommes tous collectivement confrontés. 
La publication du Guide du bâtiment durable en régions tropicales s’inscrit dans ce contexte. Ce guide répond également au manque de littérature intégrée existant dans ce domaine pour les zones tropicales, où les méthodes de conception sont trop souvent calquées sur celles des zones tempérées. Il a également pour objectif d’apporter aux professionnels du secteur et aux décideurs des éléments techniques pour la conception des nouveaux bâtiments (tome 1) et pour la rénovation de l’existant (tome 2). 
Publié en français, ce Guide s’inscrit dans le cadre des Initiatives francophones pour la promotion des villes durables en Afrique portées par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) à travers son organe subsidiaire, l’Institut de la Francophonie pour le Développement Durable (IFDD), et par ses partenaires. 
L’espace francophone porte en lui une identité culturelle et historique propice à la réalisation d’actions concertées, et rassemble un nombre important de pays aux contextes différents mais qui sont généralement confrontés à des défis communs et significatifs. 
En particulier, ce Guide est une réalisation concrète de l’Initiative de la Francophonie pour des Villes Durables (IFVD) cofondée par l’IFDD et l’association ENERGIES 2050 en 2011. En ce sens, il se veut également une opportunité pour chacun de questionner ses pratiques professionnelles et de s’inscrire dans des dynamiques de développement et d’aménagements résilients, sobres en ressources naturelles et en carbone, porteuses d’un mieux-vivre partagé et générateur d’activités économiques répondant aux critères du développement soutenable. 
L’objectif de l’IFVD est de pouvoir apporter des réponses concrètes aux situations critiques auxquelles sont confrontées les villes, qu’elles soient de petite ou de grande taille, et qu’elles se trouvent dans des pays en développement, en transition ou industrialisés. Il s’agit également de tenir compte de la situation de l’habitat précaire, de l’absence d’efficacité énergétique, des difficultés d’approvisionnement, des changements climatiques, etc., tout en prenant en compte la faible contribution des pays en développement aux émissions de gaz à effet de serre et leur fragilisation accentuée au regard des conséquences des changements climatiques. 
Le Guide du bâtiment durable en régions tropicales répond ainsi à plusieurs axes stratégiques de cette initiative, notamment sa volonté de mutualiser les connaissances, de s’accorder sur un langage commun avec une indispensable compréhension méthodologique et des indicateurs partagés, ou encore de renforcer la capacité d’agir des acteurs de la ville. Il fait suite à un premier rapport, publié par l’Institut de l’Énergie et de l’Environnement de la Francophonie (ancêtre de l’IFDD) en 2006, intitulé « Efficacité énergétique de la climatisation en milieu tropical ». 
En considérant le bâtiment comme un système intégré à un environnement local spécifique, et en prenant en compte l’ensemble de son cycle de vie, cet ouvrage apporte des éléments de réponse clairs qui doivent permettre à l’ensemble des parties prenantes de se réapproprier la question du bâti en milieu tropical. 
Le temps n’est plus au plaidoyer mais à l’action il convient collectivement de démultiplier les opportunités d’actions et de témoigner des possibles. Les deux tomes du Guide du bâtiment durable en régions tropicales s’inscrivent résolument dans cette dynamique.

   Au sommaire:

Chapitre 1: Climat et diagrammes bioclimatiques
Chapitre 2 : Stratégies passives dans le bâtiment, bases et concepts 
Chapitre 3 : Ventilation et systèmes de refroidissement naturels 
Chapitre 4 : Éclairage naturel et intégration avec éclairage artificiel 
Chapitre 5 : Systèmes d’air conditionné et climatisation
Chapitre 6 : Énergies renouvelables
Chapitre 7: Gestion de l’eau.

   Aperçu du document en ligne:



      Télécharger Guide du bâtiment durable en régions tropicales Tome 1

         Voir aussi: Guide du bâtiment durable Tome 2


      Mot clés: Livre BTP, Livre Génie civil, Document BTP, Livre architecture, document génie civil, Gestion de chantier, Guide du bâtiment durable

      Articles Similaires

      Laissez un commentaire

      Document Génie Civil
      Téléchargez gratuitement les document Génie Civil au format PDF et restez informé de tous ce qui est Génie Civil et Architecture